Article

Une rencontre providentielle

20160524_113334-1
Assise / EDB © 2016

Bonjour mes frères et sœurs,

Je suis allé à Assise en Italie il y a trois semaines pour trois jours chez Colette, monastère français des sœurs. C’était la ville de Saint-François et son amie Sainte Claire. Leur présence se sentait partout dans la ville. Le jardin du monastère était très beau avec le parfum des roses, les oliviers et la petite reproduction de la grotte de Notre-Dame de Lourdes avec les pierres apportées de la grotte de Lourdes. Les oiseaux chantaient de toutes les mélodies joyeuses et la plaine splendide se déployait en face comme un tableau de John Constable au-delà du jardin. J’étais très heureux de me trouver dans ce jardin béni. J’avais tout de même besoin de parler avec un prêtre pour les problèmes qui m’angoissaient sans cesse malgré le bonheur qui m’enveloppait, mais il n’y avait pas de prêtre disponible à cette heure-là au milieu de la matinée. Je me suis promené seul un peu déçu parmi les oliviers.

J’ai eu soudainement une inspiration qui m’incita à aller dans la chapelle tout de suite. Je l’ai suivie et je suis entré dans la chapelle. Il n’y avait personne. Je suis resté prier et quelques minutes après, une sœur est entrée pour arroser les fleurs de l’autel. Elle m’a guidé à ma demande à une autre sœur qui était disponible pour m’écouter. C’était ainsi une rencontre incroyable qui s’est réalisée dans cette matinée inoubliable. Nous avons parlé pendant trois heures de suite et j’ai pleuré tout au long de notre conversation amicale. Ce dialogue a nettoyé toutes mes angoisses.

Elle m’a parlé de Marcel Van qui a vécu beaucoup de souffrances depuis son enfance pour qu’il soit arrivé à un éveil spirituel à l’amour de Jésus. « Transformer la souffrance en joie » était devenu son message évangélique. Sa pauvreté extrême et son martyre dans une situation cruelle m’ont donné un exemple de la foi chrétienne. Une fois que vous avez donné votre corps et âme à Jésus, vous ne pouvez plus les récupérer, car c’est désormais l’esprit de Jésus qui vive en vous. Vous devenez progressivement son incarnation et une partie de son corps comme la parabole de la vigne dans la Bible.

Marcel Van a prié aussi pour la France de tout son cœur, accompagné par l’amitié spirituelle de Sainte Thérèse dans sa dévotion profonde. Cette amitié m’a touché particulièrement, car Saint Thérèse de l’enfant-Jésus était mon maître pour l’approfondissement de la foi depuis plus de vingt ans. La France coloniale de son époque était plutôt l’ennemie des Vietnamiens, mais sa pureté de l’âme noble lui a permis de prier pour son ennemie. Je comprenais cette situation même si je ne suis pas Vietnamien, car la Corée a vécu presque la même histoire avec le Japon. Serait-il possible que je prie pour sauver le Japon ? Ainsi était sa situation. Mais je mène maintenant mes activités de l’engagement chrétien pour sauver la France car je suis convaincu que la France avait une grande spiritualité chrétienne à réhabiliter pour qu’elle redevienne la semeuse d’espérance et de charité dans le monde.

En sortant de cette belle rencontre, j’étais béni par toutes les paroles amicales et saintes que cette sœur m’a transmis dans toute son humilité. Son niveau spirituel était vraiment impressionnant. Elle m’a offert son livre de chevet, « Je veux voir Dieu » du père Marie Eugène de l’Enfant-Jésus. J’ai compris que Jésus était venu parler à mon côté par cette sœur. Chaque fois que je suis désespéré dans mes agonies, Jésus s’est approché de moi à travers une rencontre providentielle. J’ai voulu parler avec un prêtre et il m’a donné un livre d’un prêtre qui sera canonisé cette année. Une autre rencontre providentielle commence encore par le livre. Comme il est bon et juste, Jésus notre sauveur.

Je rends grâce et gloire au Seigneur Jésus. Il est là présent dans notre vie, car il est ressuscité, vivant parmi nous.

Amen,

Eden

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *