Article

Un seul évêque, une seule eucharistie

St-ignace-theophore Un seul évêque, une seule eucharistieIgnace, appelé aussi Théophore (Porte-Dieu), à l’Église de Dieu le Père et du Seigneur Jésus Christ, à Philadelphie, en Asie mineure. Cette Église a obtenu de Dieu miséricorde et a été affermie par lui dans la concorde ; elle exulte dans la passion de notre Seigneur sans pouvoir en être séparée et, par grande miséricorde, elle est pleinement convaincue de sa résurrection. Cette Église, je la salue dans le sang de Jésus Christ. Elle est ma joie éternelle et constante, surtout si ses fidèles restent unis à l’évêque, à ses prêtres et aux diacres qui l’accompagnent, qui ont été désignés selon la pensée de Jésus Christ, affermis et fortifiés selon sa propre volonté par son Esprit Saint.

Cet évêque de Philadelphie, je le sais, n’a pas obtenu de lui-même son ministère au service de la communauté, ni des hommes, ni par vaine gloire, mais par la charité de Dieu le Père et du Seigneur Jésus Christ. Je suis frappé de sa sérénité : par son silence, il a plus de force que les diseurs de rien. Il est harmonisé aux commandements comme la cithare est harmonisée à ses cordes. C’est pourquoi mon âme le félicite de ses sentiments envers Dieu, dont je sais qu’ils sont vertueux et parfaits, de sa fermeté et de sa douceur, qui sont parfaitement conformes à la sérénité du Dieu vivant.

Aussi, vous qui êtes enfants de la lumière de vérité, fuyez les divisions et les doctrines mauvaises : là où est votre berger, suivez-le, puisque vous êtes ses brebis.

Tous ceux qui appartiennent à Dieu et à Jésus Christ, ceux-là sont avec l’évêque ; tous ceux qui se repentiront et reviendront à l’unité, ceux-là aussi appartiendront à Dieu pour vivre selon Jésus Christ. Ne vous y trompez pas, mes frères : si quelqu’un suit un auteur de division, il n’héritera pas le royaume de Dieu ; si quelqu’un se conduit selon une doctrine étrangère celui-là ne s’accorde pas avec la passion du Christ.

Ayez donc soin de ne participer qu’à une seule Eucharistie ; car il n’y a qu’une seule chair de notre Seigneur Jésus Christ, et une seule coupe pour nous unir à son sang, un seul autel comme un seul évêque, avec le presbytérium et les diacres, mes compagnons de service ; ainsi, tout ce que vous faites, faites-le selon Dieu.

Mes frères, je déborde d’amour pour vous, et c’est dans la joie la plus grande que je cherche à vous affermir, non pas moi, mais Jésus Christ. Enchaîné pour lui, je crains davantage, en pensant que je suis encore imparfait. Mais votre prière me rendra parfait pour Dieu, afin que j’obtienne l’héritage qui m’est attribué par miséricorde, en me réfugiant dans le salut annoncé par l’Évangile comme dans la chair de Jésus Christ, et auprès des Apôtres comme dans le presbytérium de l’Église.

– LETTRE DE SAINT IGNACE D’ANTIOCHE AUX PHILADELPHIENS

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *