Article

Sainte Élisabeth, la consolatrice des pauvres

muguet-consolatrice-des-pauvres Sainte Élisabeth, la consolatrice des pauvres

Élisabeth se mit alors à manifester ses vertus. Toute sa vie, elle avait été la consolatrice des pauvres ; alors elle devînt entièrement le soutien des affamés elle ordonna que, près d’un château qui lui appartenait, on construisît un hôpital, où elle recueillit beaucoup de malades et d’infirmes. Là, à tous ceux qui demandaient l’aumône, elle distribua largement les bienfaits de sa charité ; et non seulement à cet endroit, mais encore dans tout le territoire placé sous la juridiction de son mari et elle épuisa si bien tous ses revenus, provenant des quatre principautés de son mari, qu’elle finit par vendre tous ses objets de luxe et tous ses vêtements de prix au profit des pauvres.

Elle avait l’habitude de visiter personnellement tous ses malades deux fois par jour, le soir et le matin. Ainsi elle prenait soin elle-même des plus répugnants ; elle nourrissait les uns, couchait les autres, en portait certains sur ses épaules et leur rendait beaucoup d’autres services de bienfaisance. Son mari, d’heureuse mémoire, n’a jamais manifesté de mauvaise volonté à cet égard. Enfin, après la mort de son mari, pour tendre à la plus haute perfection elle me demanda en pleurant de l’autoriser à mendier de porte en porte.

Le jour du vendredi saint, comme les autels étaient dénudés, les mains posées sur l’autel d’une chapelle de sa ville, où elle avait logé des Frères Mineurs, en présence de quelques-uns d’entre eux, elle renonça à sa volonté propre, à toute vie mondaine, et à tout ce que le Sauveur dans l’évangile, nous a conseillé d’abandonner. Cela fait, voyant qu’elle pourrait être dominée par l’agitation du siècle et la gloire mondaine de cette terre, où elle avait brillamment vécu du vivant de son mari, elle me suivit malgré moi à Marbourg ; là elle construisit un hôpital dans la ville, y recueillit les malades et les infirmes et accueillit à sa table les plus pauvres et les plus méprisés.

Malgré ces œuvres de la vie active, je le dis devant Dieu, j’ai rarement vu une femme plus contemplative. En effet, des religieux et des religieuses, comme elle sortait de l’oraison silencieuse, virent plus d’une fois son visage merveilleusement illuminé, et ses yeux rayonnant comme le soleil.

Avant sa mort, j’entendis sa confession. Comme je lui demandais ce qu’il fallait faire de sa fortune et de son mobilier, elle répondît que tout ce qu’elle paraissait posséder encore appartenait aux pauvres. Elle me pria de le leur distribuer, excepté une tunique grossière qu’elle portait et dans laquelle elle voulait être ensevelie. Ces dispositions prises, elle reçut le corps du Seigneur. Puis, jusqu’à l’heure de vêpres, elle parlait fréquemment de ce qu’elle avait entendu de meilleur dans la prédication. Ensuite, en recommandant très pieusement à Dieu toutes les personnes présentes, elle expira très doucement, comme si elle s’endormait.

LETTRE DE CONRAD DE MARBOURG
DIRECTEUR SPIRITUEL DE STE ÉLISABETH (1232)

Amen,

Eden

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *