Article

Puissance poétique et prophétique des psaumes.

psaume Puissance poétique et prophétique des psaumes.

Bien que toute la sainte Écriture exhale la grâce, c’est surtout vrai du savoureux livre des psaumes. En effet, Moïse lui-même, qui nous a raconté en prose l’histoire des anciens, lorsqu’il a fait passer la mer Rouge à leur peuple par une merveille mémorable, voyant le roi Pharaon s’engloutir avec ses troupes, dépassa encore son génie (parce qu’il avait réalisé ce qui dépassait les forces humaines) et chanta au Seigneur un cantique triomphal. Sa sœur Marie, prenant à son tour le tambourin, excitait ses compagnes en disant : Chantons le Seigneur, il s’est couvert de gloire ; le cheval et le guerrier, il les a jetés à la mer.

L’histoire éduque, la loi enseigne, la prophétie annonce, la réprimande châtie, la morale persuade : dans le livre des psaumes, on trouve l’avancement de tous et comme un remède pour la santé du genre humain. Il suffit de les lire pour avoir de quoi guérir les blessures de sa souffrance par un remède approprié. Il suffit de vouloir les considérer pour découvrir, comme dans un gymnase ouvert à toutes les âmes et comme dans un stade consacré à l’exercice des vertus, les différents genres de combats qui nous attendent ; et l’on peut y choisir celui auquel on se juge le plus apte et par lequel on remportera plus facilement la couronne.

Si quelqu’un cherche à récapituler l’histoire des anciens et veut en suivre les exemples, il possède, résumé dans un seul psaume, tout l’enchaînement de cette histoire, afin de garder ce trésor dans sa mémoire grâce au résumé fourni par cette lecture. Si quelqu’un veut découvrir la force de la loi, qui réside tout entière dans ce lien qu’est la charité (car celui qui aime son prochain a parfaitement accompli la loi), qu’il lise dans les psaumes avec quel amour du prochain, pour repousser l’injure faite à tout le peuple, un seul homme s’expose à de grands dangers ; il y découvrira que la gloire de l’amour n’est pas inférieure au triomphe de la bravoure.

Quant à la vigueur de la prophétie, que puis-je en dire ? Ce que d’autres ont annoncé de façon énigmatique, ne semble avoir été promis de façon publique et évidente qu’au seul David, à savoir que le Seigneur Jésus naîtrait de sa descendance, car le Seigneur lui a dit : C’est le fruit de tes entrailles que je mettrai sur ton trône. Aussi dans les psaumes ne voyons-nous pas seulement Jésus qui naît pour nous ; en outre, il y endure dans son corps cette passion qui nous sauve, il s’y endort dans la mort, il ressuscite, il monte au ciel, il s’assied à la droite du Père. Ce que personne parmi les hommes n’avait eu l’audace de dire, ce prophète est le seul à l’avoir annoncé ici ; et plus tard, c’est le Seigneur lui-même qui l’a proclamé dans l’Évangile.

  • COMMENTAIRE DE SAINT AMBROISE SUR LE PSAUME

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *