Article

Le doigt de la parole

promise-doigt Le doigt de la parole

 

Bonjour mes frères et sœurs,

 

J’étais chez les sœurs de la Visitation près de Montparnasse un soir de la semaine dernière pour la « manducation » des paroles d’Évangile. On a partagé les paroles après la méditation comme un repas des paroles. C’était une très bonne nourriture. Nous pouvons le faire aussi chez nous en méditant la parole du Seigneur pendant la prière.
Ce matin, par exemple, le Seigneur m’a répondu au cours de ma prière matinale par une petite phrase :
« Regarde tes doigts. Ton petit doigt supporte le poids de tous les autres doigts. »
J’étais en train de lui demander dans une contemplation, où se trouve la puissance du Seigneur dans les difficultés de la vie. La souffrance de la famille, la maladie, la précarité, la blessure de l’âme… C’était comme si les chrétiens sont invités à vivre tous les malheurs du monde en permanence à cause de la foi en croix de Jésus au lieu de vivre le plaisir et le bonheur de la vie. Il me semblait qu’il y avait trop de gens malheureux dans les communautés de l’église tandis qu’il y a des gens heureux dans le monde.
Le Seigneur m’a dit pendant la méditation :
« Regarde ton petit doigt. »
 Je me suis rendu compte que c’était effectivement grâce à ce petit doigt que j’ai pu saisir les objets et les utiliser comme outil. C’était grâce à ce petit doigt que les outils se sont développé chez les hommes. Ce petit doigt entre aussi dans l’oreille comme une parole. D’où vient l’expression : « mon petit doigt m’a dit que. » et son nom, « auriculaire ». Nous faisons la promesse souvent par ce petit doigt car c’est le doigt de la parole.

 

C’est le plus petit, le plus loin de tous les doigts, le plus faible et le plus vulnérable. C’est notre faiblesse tout court que ce doigt nous renvoie par son image. Mais ce petit doigt porte le poids des autres doigts quand on pose la main sur la table et il aide les autres doigts pour saisir et tenir avec force les choses indispensable de la vie. Sans petit doigt, les autres doigts ne peuvent ni saisir ni tenir les objets comme il faut. Nos poings ainsi que nos doigts n’auront non plus de force. Petit et faible mais sa fonction dépasse largement son apparence.

 

Cela montre bien que la puissance de Jésus est aussi dans notre faiblesse. Elle supporte nos points forts par sa fausse faiblesse et par son humilité. Du coup, toutes les difficultés et la faiblesse de la vie me paraissaient comme la présence de Jésus. C’est grâce aux difficultés et à la faiblesse que je peux être plus fort et plus équilibré. Mes points forts ont besoin de ma faiblesse. Il s’avère que cet aspect de la vie est plutôt une forme de sainteté. Je peux voir maintenant la puissance du Seigneur ainsi même dans la faiblesse grâce à cette petite parole du Seigneur. La faiblesse et les difficultés ne sont pas le malheur.

 

Grand merci à la parole du Seigneur et gloire à Jésus Christ.
Eden

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *