Article

La miséricorde divine et la justice

champs-elysees La miséricorde divine et la justice
Cher mes frères et sœurs,

Comment allez-vous pour ce jour de la grève générale du temps morose en plus de la saison pluvieuse ? Il y a toujours un peu de bien dans le mal. Nous, en tant que chrétiens, préférons y trouver le souffle de l’Esprit Saint par ce mot joli, « un peu de bien » au lieu de nous laisser envahis par les grands maux du monde.

Aujourd’hui, je vous raconte une petite découverte que mon père spirituel, prêtre de la diocèse de Paris, m’a apportée pendant le dialogue d’hier après-midi. Il était un berger de la campagne très dépouillée de l’Afrique profonde avant de devenir un prêtre, mais je ne sais avec quelle merveille du Seigneur que je fais face à son érudition académique de la civilisation européenne dans sa spiritualité très intellectuelle et simple en même temps.

Il m’a fait apprendre par exemple la différence entre les enfers et l’enfer dans les vocabulaires chrétiens. Saviez-vous que les Champs-Élysées étaient le nom d’un paradis aux enfers souterrains ? Quand Jésus est descendu aux enfers, il est allé réveiller les âmes qui l’attendaient depuis le début de la Genèse jusqu’à sa venue sur terre. Adam, Ève, Abraham, Moïse et tous les prophètes et les saints qui n’ont pas connu Jésus avant sa naissance ont été sauvés par Jésus de leur enfer provisoire souterrain pour monter aux Cieux. Il s’agit de l’enseignement de l’église pour répondre à la question : « les hommes et les femmes qui ont vécu une vie digne de la vie éternelle au Ciel que Dieu leur a promise et qui n’ont pas connu pourtant Jésus, comment sont-ils montés aux Cieux si Jésus est la seule voie de salut pour toutes les âmes ? »

Mon père spirituel m’a ainsi donné une réponse très claire en expliquant les enfers de l’Ancien testament, une adaptation hébraïque des vocabulaires grecques de la mythologie d’Hadès. Les âmes vertueuses demeurent aux Champs-Élysées dans les enfers souterrains après la mort en attendant qu’elles soit élevées aux Cieux par le Christ dans cette version ancienne hébraïque. Le vrai enfer est au-dessous des Champs-Élysées. Il faut neuf jours de descente pour y arriver depuis le paradis des Champs-Élysées.

Cet enfer terminal s’appelle Tartare et sa distance par rapport à la surface de la terre égale à celle entre la terre et le Ciel où les saints et les anges demeurent. C’est un enfer éternel, un vrai enfer terminal avec le feu de géhenne où aucune âme peut sortir en étant condamnée à la perpétuité par la justice de Dieu. Jésus est descendu aux enfers pour sauver les âmes destinées aux Cieux , qui y demeurent dans l’attente comme les passagers dans une salle d’attente, mais il ne sauve pas les âmes condamnées à la perpétuité dans l’enfer terminal qui est au plus bas fond des enfers.

C’est pour cela que nous devons faire attention à ne pas être condamnés à l’enfer éternel durant notre vie. Il n’y a plus de pardon ni salut dans cet enfer de feu horrible avec tous les châtiments éternels comme Jésus nous l’a bien dit plusieurs fois. D’où est l’importance de cette année de la miséricorde divine, une année particulière pour le pardon. La conversion est un sujet urgent, mais vraiment très urgent. Si nous ne demandons pas le pardon à Dieu, notre père, tout de suite là maintenant, en particulier durant cette année de la miséricorde divine, les grâces du pardon seront éloignées de notre âme dans l’oublie. Les âmes des oubliettes n’ont pas la chance du regard de Dieu.

C’est pour cela que nous devons faire attention à ne pas oublier à confesser nos péchés et à demander le pardon à Dieu le plus souvent que possible durant notre vie. L’enfer et la condamnation perpétuelle ont fait partie de la justice divine à la fin de notre vie comme Jésus nous l’a évoqué à plusieurs reprises dans l’Évangile. Il n’a pas souffert en vain sur la croix et sa croix est le signe de la justice ultime de Dieu avec sa miséricorde. Les maux sont condamnés par la croix et la porte des enfers sont ouverte grâce à sa mort, mais l’enfer de feu éternel restera fermé à jamais pour les âmes qui refusent le salut et l’amour de Jésus.

Dieu a ainsi montré sa miséricorde définitive par Jésus Christ, notre sauveur. Il ne veut pas que nous soyons condamnés au feu de l’enfer éternel. Après la mort et la résurrection de Jésus, nous n’avons plus aucune excuse. Il est le temps de convertir notre âme jusqu’à à sa pureté parfaite même si nous sommes déjà chrétiens. Cela ne suffirait pas encore même avec la purification. Il faut aussi aller annoncer le nom de Jésus en s’abandonnant à l’exemple de la vie chrétienne pour convertir les âmes de nos frères et sœurs dans le monde. Amen

Eden

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *