Article

mise au tombeau

mise-au-tombeau-jesus mise au tombeau
Cher, mes frères et sœurs,

Avez-vous fait le chemin de croix hier après-midi ? C’est vraiment le jour glorieux de l’année pour le chemin de croix. On montre la puissance de la foi chrétienne dans les grandes avenues commerciales et dans les églises partout par une méditation profonde sur la croix. Cela prend le sens très particulier dans le silence d’aujourd’hui. L’absence de Dieu est pesante et d’autant plus terrifiante que le chemin de croix quelque part, mais salvatrice en promettant la résurrection de Jésus. Jésus est descendu aujourd’hui aux enfers après sa mort pour sauver les âmes par le pardon divin. Ce silence de Dieu me touche beaucoup aujourd’hui en regardant encore toutes les actualités inquiétantes en Europe.

J’aimerais raconter, pour cette raison, une méditation que j’ai vécue pendant les cinq dernières stations du chemin de croix d’hier à la basilique de Notre-Dame du Perpétuel Secours près du cimetière du Père-Lachaise à Paris. J’ai choisi cette basilique pour le chemin de croix parce qu’un ami prêtre me l’a recommandée pour le parcours de Miséricorde divine et aussi parce que Notre-Dame du Perpétuel Secours était la mère spirituelle de ma foi depuis mon baptême. Je garde toujours son icône à côté de moi sur mon bureau et je la porte même pendant le voyage. Je n’ai jamais visité pourtant la basilique de Notre-Dame du Perpétuel Secours à Paris. Je ne savais pas tout simplement qu’elle existait avant que mon cher ami prêtre m’en a parlé il y a quelques jours.

J’ai fait en fait deux chemins de croix hier, un sur la colline de la basilique du Sacre Cœur de Montmartre avec une foule sous la pluie et l’autre dans la basilique de Notre-Dame du Perpétuel Secours avec trentaines personnes dans le calme. J’ai beaucoup aimé le deuxième, car c’était plus dans la méditation et moins touristique. Les participants étaient très pieux et j’ai pu sentir les âmes qui lamentaient à chaque station purifiée par l’Esprit Saint. Chaque moment de silence à genou était sacré en présence de Jésus invisible aux yeux aveuglés par les péchés, mais visible dans les âmes élevées dans les prières. J’ai pu entendre comme une voix du Seigneur quelques messages, fruit de la méditation enfin à la fin du chemin de croix dans les cinq dernières stations : le dépouillement, la crucifixion, la mort, la descente et la mise au tombeau.

1) Le dépouillement

Le Seigneur m’a dit dans ma méditation :

« Le dépouillement des vêtements ou la mise à la honte devant le monde est symbolique pour te faire comprendre l’humilité, une condition obligatoire des hommes devant moi. Si tu n’es pas dépouillé totalement, tu ne peux pas avancer vers moi. L’humilité est la condition nécessaire pour entrer dans la terre sacrée promise. Si t’es mis à la honte devant le monde à cause de moi, n’oublies pas que tu seras à la place de l’honneur sublime dans le Ciel. Regarde Marie, mère de Jésus, qui a été mise au danger de lapidation à cause de la conception de Jésus par l’Esprit Saint. Elle était aussi au dépouillement de son honneur de femme. Mais il est nécessaire de passer par la mise à la honte aux yeux du monde pour que tu arrives à l’état de dépouillement total de ton propre honneur humain afin d’être reçu au Ciel, c’est-à-dire, à ton salut ultime. Ce n’est pas ton honneur terrestre, mais l’honneur de Jésus-Christ qui va te sauver. »

 

2) La crucifixion

Le Seigneur m’a dit dans ma méditation  :

« Chaque clou sur mon corps humain va te fortifier dans l’espérance et la foi. Les clous te fortifieront. Ce n’est pas toi qui fortifies ta foi, mais c’est la souffrance de Jésus qui te donne cette force. Quand tu es dans la tribulation, les angoisses, les attaques du mal, la désolation et la faiblesse, n’oublie pas que tout ces maux ont étés portés par Jésus pour les vaincre et pour te rendre plus fort par ses souffrances dans l’amour. Te ne porteras pas le même poids de souffrance que celui de Jésus grâce à son amour. Tu es son bien-aimé pour que tu puisses lui donner tes souffrances. Seule Jésus peut supporter ce poids de salut éternel. Seul Jésus peut supporter tous le coup de marteau sur les clous injustes et mortels, car il vient de moi et que je lui ai donné cette force. Chaque fois que tu sens les coups de marteau dans les clous de ton âme et sur ton corps par l’humiliation, l’accusation injuste et la maladie terrible, n’oublie pas qu’ils vont te renforcer, fortifier et sauver par Jésus qui va venir prendre tes souffrances à ta place. Cela peut être tes amis, ta famille bienveillante, le soin médical juste, la loi ou un miracle. Jésus vient vers toi pour prendre tes souffrances, car il est l’amour qui vient de moi. Il n’a pas souffert pour lui, mais pour toi et pour le monde entier jusqu’à la fin du monde. »

 

3) La mort

Le Seigneur m’a dit dans ma méditation :

« La mort de Jésus et l’élévation de sa croix sur le monde ne justifient pas la mort elle-même et sa gloire de ténèbres. Car la mort de Jésus n’est pas la mort éternelle mais momentanée pour abolir le nom de la mort et sa gloire de ténèbres. L’élévation de la croix est un signe du triomphe sur la mort dans son amour même si elle montre la figure de la mort évidente aux yeux du monde. Jésus a su qu’il devrait assumer la mort depuis sa conception, car son destin était de vaincre la mort. Pour le faire, il a fallu d’abord l’accepter. Quand tu vas sur un bateau dans la mer, tu dois battre les vagues violentes et mortelles afin de retourner au port avec ta victoire. Quand tu montes au sommet de la montagne, tu dois battre le froid nocturne et le risque de tomber sur les falaises mortels pour arriver au sommet tranquille comme vainqueur. Jésus a dû vivre la mort pour la vaincre comme tu dois vivre la mer et le montage pour les vaincre. Il est le seul homme qui est capable de vaincre la mort, car il vient de moi et qu’il est un être éternel qui fait partie de moi. Il a été envoyé au monde pour la mort mais sa mort signifie la fin du pouvoir de la mort. Toutes les puissances de Satan sont abolies sur sa croix, car cela a été ma volonté. Tu n’as donc rien à t’inquiéter de ta mort si tu vis en Jésus. »

 

4) La descente

Le Seigneur m’a dit dans ma méditation :

« Jésus ne restait pas sur la croix, mais il est descendu de la croix pour faire partie de l’humanité. L’union fait jaillir la vie. En s’unissant aux autres de la même sorte la vie prend sa forme et elle vient sur terre. Si Jésus est monté aux Cieux sur sa croix, il ne pourrait plus s’unir à l’humanité et la vie ne viendrait pas sur terre, mais au Ciel. Joseph d’Arimathie n’a pas fait son travail en vain, mais tout cela a été préparé par la providence que je lui ai permise. Jésus est descendu sur terre pour s’unir aux hommes mortels afin d’apporter une nouvelle vie sur terre. Cela est comme un mariage. Si les deux êtres humains ne s’unissent pas, une nouvelle vie ne peut pas jaillir et la vie ne peut pas continuer sans renouvellement. Jésus vint de la lumière et il retournera à la lumière qui est en moi. Mais pour que la lumière sainte couche avec la terre pour faire naître une vie nouvelle, cette lumière doit descendre sur terre. C’est ainsi Joseph d’Arimathie a travaillé pour faire descendre Jésus sur terre. C’est une préparation du mariage entre la lumière sainte et la terre, entre un être éternel et un être mortel. De cette union, la vie éternelle est venue sur terre. »

 

5) La mise au tombeau

Le Seigneur m’a dit dans ma méditation :

« Comme l’Esprit Saint est entré dans le ventre de Marie pour la faire enfanter Jésus, Jésus est mis au
tombeau qui est le ventre de la terre pour enfanter un nouveau corps ressuscité. Jésus a dû vivre les ténèbres de la terre, car il est la lumière. Toutes les lumières sont destinées aux ténèbres pour les éclairer. Il est mis au tombeau pour montrer qu’il est la lumière du monde et du ciel et qu’il est la seule lumière éternelle. Si tu vis les ténèbres, obscurité, ombre de ta vie, pense que la lumière de Jésus dans ta foi t’a amené là-dedans pour illuminer toute cette désolation de la mort avec ses paroles d’amour qui proclame le salut et sa victoire sur la mort. Tu es avec sa lumière, car elle est déjà venue dans ce monde et le salut est déjà arrivé avec Jésus. Je l’ai envoyé pour sauver le monde de la mort et il l’a fait. Tu n’as donc rien à craindre. Toutes les forces néfastes et mortelles sont vaincues et elles n’ont plus de sens sur terre. La lumière de Jésus a déjà sur terre et elle y sera jusqu’à la fin du monde. Elle est en toi, dans ta vie et dans l’Évangile que je t’ai donné. Réjouis-toi de sa mise au tombeau et ne lamente pas de sa mort, car la mort n’a plus de pouvoir et a été abolie sur la croix de Jésus. Son tombeau est le commencement, mais pas la fin. »

 

Bonne journée de prière dans le silence bénie en attendant la résurrection de Jésus.
Eden

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *