Article

La messe chrismale 2016

Messe-chrismale-2016 La messe chrismale 2016

 

Bonjour mes frères et soeurs,

C’est le jeudi saint aujourd’hui. J’aimerais vous raconter une chose extraordinaire qui s’est passée hier soir. Il y avait la messe chrismale à Notre-Dame de Paris hier soir à 18h30. Le triduum pascal m’a donné probablement une sensation de tension spirituelle la veille du jeudi saint par sa signification mais la journée était étrangement calme, un peu comme celle juste avant la tempête. La messe chrismale était en effet une tempête inattendue des grâces. Avez-vous fait de votre part au moins une sacrifice pour bien préparer les trois jours saints de Pâques pendant le Carême? En ce qui me concerne, pas grande chose sauf une journée totale de jeune. Mais tout de même j’ai vécu une tension forte à la fin du Carême qui m’a fait pressentir une grande surprise.

C’était probablement à cause de la pratique un peu monastique des prières, presque pendant deux heures de suite chaque jour, tout au long du Carême. J’ai bien eu l’expérience d’une sorte de sensation de marée de grâces par résultat depuis lundi de cette semaine pendant la messe. Cela a déclenché certainement cette expérience d’hier soir. J’ai vécu finalement quelques miracles inoubliables pendant la messe chrismale d’hier soir par conséquence.

Il y avait centaine de prêtres, diacres et religieuses de tous les ordres présents à Paris, réunis pour renouvellement de leur foi en présence du cardinal André Vingt-Trois. Le première miracle, c’était le fait que le Seigneur m’a guidé au milieu de la foule vers une place près du rang des prêtres d’une manière complètement inattendue. C’était comme s’il voulait me faire participer à la messe avec toutes les prêtres de Paris, rassemblés dans cet endroit en même temps par grâce pour me faire comprendre le sens symbolique de l’apostolat. Quand je marchais dans la foule, je ne savais pas que j’arriverais dans les rangs des prêtres qui étaient cachés derrière le mur de l’assemblé des fidèles. Par pur hasard, je me suis trouvé soudainement entouré par centaine de prêtres qui souhaitent renouveler leur foi et c’était fort comme sensation de grâce. Elle m’envahissait à travers leur foi magnifique et spectaculaire. j’ai pu même écouter l’homélie du cardinal en face du stand de lecture de la Bible. Quelle grâce merveilleuse! C’était un petit miracle suffisamment signifiant pour moi en préparation du triduum pascal. Les prières durant le Carême y a contribué quelque chose certainement. Mais ce premier miracle n’était qu’une préparation de deuxième miracle beaucoup plus incroyable.

Le deuxième miracle s’est passé au moment de la lecture. J’ai eu tout d’un coup une vision très précise du Ciel dans la méditation profonde. Le choeur à trois étage avec la galerie circulaire derrière l’autel était rempli des anges à tous les étages et les deux petits anges de taille d’un bébé mais avec le visage d’adulte et avec les ailes et les robes multicolores éclatantes protégeaient les paroles qui sortaient de la Bible tout en restant immobiles face à face au dessus de la tête du lecteur qui lisait la Bible. Ils sortaient de temps en temps une trompette très longue selon la parole et la jouaient d’un air calme. Il y a deux autres anges plus grands, mais plus petits que les hommes, habillés en robe blanche en matière très douce sans aucune trace de couture volaient au dessus de l’autel parfumé de l’encens. Les anges autour de l’autel étaient cinquantaines en tout à part les deux anges qui gardaient l’autel et les deux rangées des anges derrière l’autel étaient très ordonnées comme une armée. Tout ce spectacle céleste était magnifique et très saint. J’ai vu leur visage avec une telle précision que je puisse le dessiner. La couleur et matière de leur robe étaient pareillement très claires jusqu’en détails. Leurs ails ne bougeaient pas comme un décor mais très belle avec trois couleurs différentes, orange rouge, bleu et vert.

Le troisième miracle s’est passé quand le cardinal bénit le corps et le sang de Jésus à l’autel. J’ai eu la deuxième vision plus spectaculaire que la première en découvrant un nouveau spectacle céleste pendant la méditation en prière. Le plafond de la cathédrale a disparu soudainement et avec les nuages superposés à l’infini la lumière de multiples rayons descendait du Très Haut. Les rayons se brillaient comme les lances et les lames sans transparence. Le haut de chaque nuage était coloré et doré. Les nuages étaient en forme circulaire gigantesque en laissant tous progressivement éloignés et rétrécis un trou immense au centre. La cathédrale me paraissait tout d’un coup si petite comme une petite maison minuscule entouré par un grand espace astronomique. Le Ciel était sans limite et toutes les choses terrestres que la cathédrale représentait étaient si petites. L’assemblé et les prêtres qui faisaient la messe me semblaient tous collés sur la terre par une force mortel. Il y avait une telle grande force immortelle dans le ciel que la force terrestre qui tenait les hommes et les objets me semblait minimale et toute réduite. Le Ciel était infiniment grandiose et d’une beauté incroyablement magnifique. Si je peux monter dans cet espace céleste doré et si bel pour y demeurer à l’éternité, je supporterai n’importe quoi sur terre et même au delà de la mort. Monter au Ciel est une telle expérience extraordinaire que aucune gloire ou la richesse sur terre n’est comparable à cette joie pure, exultante et divine. La foi est pour cette joie finale. Cette joie céleste remplissait la messe et le plafond de l’église était ouvert au Ciel pendant la messe. Je l’ai vue dans ma vision et j’ai vécu cette expérience de monter au Ciel par un petit instant comme je l’ai déjà vécu plusieurs fois dans le passé pendant l’adoration et pendant la première messe avant ma conversion à la cathédrale de Notre-Dame de Paris.

Le quatrième miracle, c’était le message du Seigneur que j’ai découvert à travers mes prières pour les questions humaines pendant la communion de l’eucharistie. J’ai demandé au Seigneur : « Pourquoi Vous n’autorisez pas l’abondance matérielle par grâce aux chrétiens vertueux ? Le devoir de pauvreté n’est-il pas contradictoire à la bénédiction sur terre ? Pourquoi Vous n’aimez pas la richesse matérielle sur terre et que Vous préférez la pauvreté comme qualité de la vie de sainteté? »

J’ai entendu comme une voix du Seigneur tout de suite :

« La vraie richesse n’est pas celle de matériel. Le matériel n’est pas éternel et il ne garantit pas une joie éternelle pour les hommes. La sainte pauvreté garantit par contre une joie éternelle. Cette joie de l’âme est incomparablement meilleur que celle de ton corps. Tous les bonheurs du corps sont éphémères. L’éphémère n’est pas la vraie richesse mais une illusion de la richesse. Ne cherche pas une illusion mais une vraie joie. Le vrai bonheur est spirituel. La sainte pauvreté donne ce bonheur spirituel et elle est la meilleur préparation pour monter au Ciel au moment venu. La vraie joie du Ciel est la vraie richesse. Elle ne se tarisse pas. Elle est infiniment belle et juste sans contrainte du temps. Elle est beaucoup meilleure que celle de la terre et ton âme le sait déjà car elle a été créée là-bas dans le Ciel. Il faut passer nécessairement par la sainte pauvreté pour bénéficier de cette richesse du Ciel. La sainte pauvreté veut dire la condition où tu ne désireras ni la richesse matérielle terrestre par la possession ni la richesse intellectuelle par l’orgueil. La sainte pauvreté n’est pas une pauvreté malade ou obscure qui vient du mal. C’est une pauvreté illuminée par la sagesse comme Jésus et ses parents l’ont montré par un triple exemple. C’est seulement par cette sainte pauvreté que tu auras toutes les richesses du Ciel qui seront vraies et éternelles. »

 

J’étais rempli de joie par sa réponse très claire tout au long de la communion. L’hostie transformée en corps de Jésus m’a donné cette parole en résonnant comme une telle voix douce et sainte à mes oreilles que cela m’a rendu la paix parfaite. Je l’ai gardé un moment dans ma gorge sans la consommer de sorte que j’ai prolongé sa présence réelle en chair dans ma méditation. La communion est une vraie dialogue avec Jésus ressuscité à chaque eucharistie dans ce sens. Jésus nous parle par son corps spirituel et purifié. Il nous montre le salut du Dieu le père tout puissant aussi quelques fois par la vision. Le corps spirituel de Jésus révèle plusieurs visions selon le niveau de notre sensibilité à la messe et à l’adoration. La vision divine dépasse notre imagination sur tous les horizons. Les vocabulaires humaines ne peuvent pas la décrire à cause de ses limites de l’intelligence humaine. Mais nous comprenons par cette vision transcendante que « Jésus est vraiment le Christ » d’une manière intuitive. Un moment d’inspiration est quelque fois suffisante pour connaître la vérité si l’Esprit Saint est son origine.

Eden

2 commentaires sur “La messe chrismale 2016

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *