Article

Journal d’un maraudeur : Mais, on bouge! La foi c’est aussi de savoir bouger.

fraternite-saint-vincent-de-paul-maraude Journal d’un vieux maraudeur 2

Nous avons continué notre maraude pour voir Paul, un des nos amis sdf vers l’Ecole Militaire. Benoit a arrêté soudain sa voiture. Il y avait un jeune homme sdf inconnu devant un magasin éclairé dans l’avenue Bosquet. De loin on voyait son état de misère totale. Il avait les pieds nus, une chemise sale sans boutons et un pantalon d’été déchiré malgré le froid glacial. Il était assis sur un sac de couchage très mince, déchiré de partout. Nous n’avions presque jamais vu un sdf dans un état aussi lamentable.Il semblait avoir une vingtaine d’années. C’était un très beau garçon ,plein de charme. Ses yeux étaient purs et étonnamment souriants malgré sa situation. Parmi les gens rencontrés ce jour-là il fut le seul qui m’ait accueilli avec un sourire. Ironie de la vie!

Il était le plus heureux du monde avec son grand sourire. Cela m’a rappelé la parabole du jeune homme riche qui est reparti tout triste, n’ayant pas pu abandonner ses richesses pour  suivre Jésus. J’ai trouvé un nouveau disciple du Christ dans ce jeune sdf souriant. Il nous a dit qu’il avait besoin de chaussures et d’un sac de couchage mais nous n’en avions pas dans le coffre de la voiture. J’ai décidé de revenir vers lui le lendemain matin avec des chaussures et quelques vêtements chauds.

Benoit lui a donné une cigarette et je lui ai proposé du café préparé dans une thermos à la maison. Il ne parlait pas français. Nous étions obligés de  communiquer par gestes .Quand j’ai saisi sa main pour lui dire bonjour, elle ne me semblait plus celle d’un être humain. Son corps s’était dégradé rapidement comme cela arrive en général aux sans abri. Ils perdent d’abord leurs dents par dénutrition et manque d’hygiène quotidienne. Ils n’ont ni brosse à dents ni dentifrice. Se soigner les dents est un luxe pour eux. Une autre transformation banale, ce sont les mains et les pieds qui finissent par ressembler aux pattes des animaux. Ils ont aussi pleins de poux et autres bestioles dans leurs vêtements.Leur peau vieillit, exposée  au soleil en permanence et elle est pleine de boutons et de blessures jamais soignées. Ils prennent vite dix ans de plus. Vivre sans abri n’a rien de romantique.

Le jeune homme que nous avons rencontré était dans cet état-là. La compassion m’a fait voir dans son visage celui de Jésus souffrant pendant son chemin de croix. Le Christ était en fait lui aussi un sans abri dans la rue avec ses disciples. Jésus ressemble étrangement mais réellement à chaque sans abri que nous rencontrons pendant les maraudes. C’est sans doute pour cela que Jésus nous a dit que ce que nous avons fait aux plus démunis c’ est à Lui que nous  l’avons fait.

Le temps que nous passons avec les sans abri c’est un temps « béni » dans un sens. Il nous donne autant matière à réflexion que la lecture de la Bible. C’est la Bible dans le temps présent. Quand je saisis leur mains, je saisis aussi symboliquement les mains de Jésus. Quand je les écoute, je me souviens des paroles de Jésus dans la Bible. Quand je vois leur souffrance, cela m’évoque celle de Jésus. Ils font leur chemin de croix et supportent les maux du monde à la place de ceux qui sont plus forts qu’eux.

Ils sont les boucs émissaires de notre société et  un peu  les agneaux immolés  de notre temps dans un sens métaphorique. Ils souffrent non seulement pour eux-mêmes mais aussi pour nous. Ils souffrent à cause de l’injustice du monde en grande partie. L’indifférence de la société de consommation, l’endurcissement du coeur des gens aisés,le manque de réflexion sur la pauvreté des intellectuels, l’oubli des intérêts caritatifs dans les calculs politiques des élites, la foi sans action dans l’Eglise, etc. Mais, on bouge! La foi c’est aussi de savoir bouger, vouloir réagir pour le salut de notre société!

– Eden J.W. Park 06/01/2016

Important : Tous les noms sont fictifs par respect des sans abris et aussi pour la discrétion des maraudeurs.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *