Article

L’HUMILITE DE NOTRE-DAME

 

notre-dame-fatima L’HUMILITE DE NOTRE-DAME

JULIENNE DE NORWICH

Notre divin Sauveur me montra Notre-Dame. Je la vis en esprit, dans mon entendement, sous l’apparence corporelle d’une jeune fille simple et douce, à peine sortie de l’enfance, telle qu’elle était quand le Verbe s’incarna en elle. Dieu me découvrit également, en partie, la sagesse et la droiture de son âme ; d’où je compris avec quelle révérence elle reçut son Dieu et son Créateur, s’émerveillant de ce qu’il voulût naître d’elle, simple créature sortie de ses mains. Ce fut grâce à cette sagesse que, connaissant et la grandeur de son Créateur et sa propre petitesse, elle répondit avec tant de douceur à l’archange Gabriel : « Voici la servante du Seigneur ». Cette vision me fit comprendre, d’une façon indubitable, que Marie dépasse de beaucoup, en sagesse et en grâce, tout ce que Dieu a créé au-dessous d’elle. Et rien de ce qui est créé n’est au-dessus, hormis la sainte humanité de Jésus.

Notre-Seigneur me donna une vue spirituelle de la haute sagesse et de la simplicité avec laquelle elle voyait toujours son Créateur si grand, si saint, si puissant et si bon. L’élévation et la noblesse de cette contemplation de Dieu la pénétraient d’une crainte révérencielle ; d’autre part elle se trouvait si petite, si simple, si pauvre par rapport à lui, que ce sentiment la remplissait de l’humilité.

Et ainsi, – par ce fond de l’humilité –, elle fut remplie de grâce, puis de toutes sortes de vertus qui la placent au-dessus de toutes les créatures.

Les révélations de l’Amour divin. Ch. 4 et 7. 1+ vision

Amen,

Eden

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *