Article

Credo : symbole de Nicée

prière-credo-resurrection Credo : symbole de Nicée

 

Je crois en un seul Dieu, le Père tout puissant,
créateur du ciel et de la terre, de l’univers visible et invisible,
Je crois en un seul Seigneur, Jésus Christ,
le Fils unique de Dieu, né du Père avant tous les siècles :
Il est Dieu, né de Dieu,
lumière, née de la lumière,
vrai Dieu, né du vrai Dieu
Engendré non pas créé,
de même nature que le Père ;
et par lui tout a été fait.
Pour nous les hommes, et pour notre salut,
il descendit du ciel;
Par l’Esprit Saint, il a pris chair de la Vierge Marie, et s’est fait homme.
Crucifié pour nous sous Ponce Pilate,
Il souffrit sa passion et fut mis au tombeau.
Il ressuscita le troisième jour,
conformément aux Ecritures, et il monta au ciel;
il est assis à la droite du Père.
Il reviendra dans la gloire, pour juger les vivants et les morts
et son règne n’aura pas de fin.
Je crois en l’Esprit Saint, qui est Seigneur et qui donne la vie;
il procède du Père et du Fils.
Avec le Père et le Fils, il reçoit même adoration et même gloire;
il a parlé par les prophètes.

Je crois en l’Eglise, une, sainte, catholique et apostolique.
Je reconnais un seul baptême pour le pardon des péchés.
J’attends la résurrection des morts, et la vie du monde à venir.

Amen

2 commentaires sur “Credo : symbole de Nicée

  1. Bonjour,

    Je me permets une petite précision car je suis étudiante en histoire et je travaille en ce moment sur le credo de Nicée. Ce que vous présentez n’est pas le credo de Nicée (325) mais celui de Nicée-Constantinople (381) qui a été établi dans le but d’approfondir les termes du précédent symbole de Nicée établi à la suite du Concile de Nicée de 325. Voici le credo de Nicée, une réaction contre les théories d’Arius sur la Trinité et plus particulièrement concernant la nature du Christ :

    « Nous croyons en un seul Dieu Père tout puissant, créateur de toutes choses visibles et invisibles, Et en un seul Seigneur Jésus-Christ, le Fils de Dieu, engendré unique du Père, c’est-à-dire de l’essence du Père, Dieu de Dieu, lumière de lumière, Dieu véritable de Dieu véritable, engendré et non pas créé, consubstantiel au Père, par qui tout a été fait, les choses dans le ciel et celles sur la terre, lui qui pour nous les hommes et pour notre salut est descendu et s’est incarné, s’est fait homme,a souffert et s’est ressuscité le troisième jour, est monté dans les cieux, qui viendra juger les vivants et les morts, Et en le Saint-Esprit. Ceux qui disent : « il fut un temps où il n’était pas » et « avant d’être engendré, il n’était pas », et qu’il a été tiré du néant, ou qu’il est d’une autre substance ou essence que le Père, disant que le fils de Dieu est changeant ou variable, ceux là l’Eglise catholique et apostolique les anathématise. »

    Afin de mieux en saisir la portée, je vous conseille les ouvrages suivants : L’hérésie d’Arius et la « foi » de Nicée, Tomes 1 et 2, Ephrem Boularand, Editions Letouzey et Ané, 1972. Ils sont quelque peu denses et complexes mais plus que complets et très bien renseignés !

    Bonne lecture.

  2. Merci beaucoup Marine pour cette précision. Je vais modifier le titre après la lecture de la référence. Soyez bénie. Eden

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *